Nymphe dressée sur un rocher,
la sirène ondule à l’affût
des barques d’infortune, mue
par des chants déchaînés.

N’as-tu jamais vu Lorelei nager au fil des eaux,
sa chevelure blonde entremêlée aux algues ?
Vestale des brumes,
elle attise les tourmentes
et joue de toutes les voix
se pressant dans sa gorge.
Les bateaux sont sa proie.
N’as-tu jamais vu Lorelei nager au fil des eaux,
sa chevelure blonde entremêlée aux algues ?

Sainte des flots agités,
elle appelle les naufragés,
exilés dans l’errance?
les mène dans une île blanche
pétrie de vagues au sein des eaux :
ses cailloux sont des os.
N’as-tu jamais vu Lorelei nager au fil des eaux,
sa chevelure blonde entremêlée aux algues ?

Maîtresse des nixes ! la femme est ton apôtre.
Des ailes d’oiseaux enlacent tes épaules, les nôtres.
Des ombres s’attachent à ton sein nu.
Tu défies les Ancêtres de rites inconnus.

N’as-tu jamais vu Lorelei nager au fil des eaux,
sa chevelure blonde entremêlée aux algues ?

Le chant de Lorelei abat les géants.
Son regard indolent fascine,
et sa figure empreinte de beauté
danse éblouie au fond des sources.

Va voir Lorelei nager au fil des eaux !
Un visage mémoire des cieux
dans le silence qui se souvient
philtre les gemmes froides
par la pureté de son teint,
les diamants limpides des yeux.
sa chevelure blonde entremêlée aux algues
entremêlée aux algues…

Son corps, tel une plante carnivore,
blanc, jaune et vert, a une bouche
d’où jaillit le chant parfumé de sang
et mène le marin au berceau de la vie.

N’as-tu pas vu Lorelei  nager au fil des eaux,
nager au fil des eaux…

Comment honorer les chansons d’autrefois ?
Je suis née sous ton signe aux mille pressentiments.
Plutôt que la torpeur du monde, ses secrets dévoilés,
j’aime ta voix de nymphe aux heures de transparence

Remercie Lorelei nageant au fil des eaux,
sa chevelure blonde entremêlée aux algues !

Publicités