« La Maison des Pages située dans le périmètre des Antiquités historique du château royal d’Amboise est un lourd héritage que l’association de sauvegarde s’efforce tant bien que mal de préserver restaurer, et faire partager au plus grand nombre depuis 1993, notamment par l’organisation de visites et de conférences accessibles à tous », explique Vinca Daadoun, sur la page Facebook de Camille Aubaude, personnalité publique (voir aussi : lamaisondespages.com). Ce sont les entrées payantes qui permettent l’entretien et la sauvegarde de ce patrimoine, et contribuent ainsi au rayonnement culturel de la ville d’Amboise et de l’œuvre de Camille Aubaude.

La Maison des Pages, un patrimoine amboisien

A Amboise, chacun s’accorde à le reconnaître, la Maison des Pages est l’image emblématique de cette cité mythique que les livres de Camille Aubaude représentent depuis dix ans dans les festivals internationaux de poésie, où elle a fait connaître « Minuit à la Maison des Pages » (traduction en anglais de Patrick Bodden), le récit-journal gothique, La Maison des Pages, paru en 2002, et les Poèmes d’Amboise (2007). Le 28 février de cette année, la grande comédienne française, Marie Hélène Breillat, a donné une nouvelle lecture télévisée de Poèmes d’Amboise à la Maison de la Littérature de Lima, au Pérou.
L’immense public des festivals internationaux se passionne pour cet étrange édifice amboisien qui garde toujours son mystère. La silhouette familière de la Maison des Pages, tragiquement dégradée dans les années 1990, doit son aspect actuel au courage de Camille Aubaude, qui s’était trouvée dans l’obligation de faire intervenir les services de la ville pour installer des grilles de sécurité au pied de la maison, pour protéger les promeneurs d’éventuelles chutes de matériaux.
L’association « Les Amis de la Maison des Pages et de Camille Aubaude » n’est que trop consciente de la fragilité d’un des joyaux de la cité, fièrement dressé depuis des siècles face à la Loire. « Cette Maison du 13è siècle doit être protégée », déclarent les membres de l’association, dont beaucoup de personnalités littéraires. Sur leurs épaules pèsent à la fois la responsabilité des travaux d’entretien, le rayonnement de l’œuvre de Camille Aubaude qui a créé l’image de la Maison des Pages, la réalité économique, et la complexité des démarches pour parvenir à mettre place un musée d’écrivain ouvert toute l’année.

Un projet à long terme

Pourtant, ils n’ont pas faibli, gardant confiance en l’avenir, un avenir consolidé par l’assurance d’une succession dans les projets, Vinca Daadoun, la jeune biographe de Camille Aubaude, Delphine André, la lectrice des Poèmes d’Amboise, Maxime Guinard, animateur et responsable d’exposition, et Thibaut Vergoz, photographe, s’engageant à poursuivre la démarche de l’écrivaine. Ils ont élaboré un projet en partenariat avec la Fédération nationale des maisons d’auteurs, dans un programme de valorisation de la ville, qui, en échange, devra faire respecter les règles de sécurité permettant d’augmenter l’affluence des visiteurs.

Cette année 2013 voit les premiers effets de leur opiniâtreté. A ce jour, pour les passants, c’est toujours une interrogation. Que se passe-t-il à la Maison des Pages ?

Appel aux mécènes

Le photographe Thibaut Vergoz a conçu une exposition-vente de ses photographies sur la Loire, « Instants de Loire », présentée cet été 2013 à la Maison des Pages avec des poèmes de Camille Aubaude. Cet événement culturel est associé à l’exposition sur les habitants des maisons troglodytiques qui a lieu cet été au château de Valmer. Camille Aubaude et Thibaut Vergoz ont réalisé une vidéo sur un projet de « Voyage pittoresque » (http://vimeo.com/57707083) de Blois à Saumur. Début octobre, Thibaut Vergoz exposera ses photographies au Salon de la Poésie et de la Nouvelle, à Vendôme, sur le stand de Camille Aubaude, « Invitée d’Honneur 2012 », manifestation nationale dont s’occupe activement depuis l’origine.
Les travaux de mise en valeur des collections de photographies, de manuscrits et de livres d’artiste ont une visibilité sur la scène new-yorkaise grâce à l’artiste plasticienne Vivian O’Shaugnessy. Ses livres réalisés avec les poèmes de Camille Aubaude sont exposés à la librairie du Centre Georges Pompidou-Beaubourg, et dans d’autres lieux. Ils sont diffusés, entre autres, par le Festival International de Poésie de Lima, au Pérou. Ils viennent de recevoir le soutien du Musée des Lettres et Manuscrits de Paris.
En réponse à des interrogations et réflexions, les membres de l’association précisent : « l’ouverture d’un musée d’écrivain est un atout indéniable pour cette ville touristique, au riche passé culturel. Pour autant, aucune subvention n’a pour le moment été demandée à la municipalité pour cette activité. C’est en partie grâce à l’association, aux milliers de personnes qui se sont passionnées pour la Maison des Pages lors des Festivals de Poésie, que ce musée peut ouvrir au public. Son succès dépend entièrement de l’accueil que lui réserveront les autorités locales et les mécènes.
Si vous trouvez notre démarche intéressante, merci de la faire connaître autour de vous en recommandant cet article à vos connaissances. »

Réservations indispensable pour les visites :  lamaisondespages@orange.fr ; 06 81 03 63 54.

Rencontres sous le tilleul, avec Camille Aubaude, les jeudi 25 juillet 2013, à 16h, après le vernissage de l’exposition « Instants de Loire ».

Affiche réalisée par Thibaut Vergoz

Affiche réalisée par Thibaut Vergoz

Publicités